Escape GameArchivesHorreur et grosses sueurs : on s’est échappés du manoir hanté de Tokyo

Horreur et grosses sueurs : on s’est échappés du manoir hanté de Tokyo

🕵 Cette salle de l’enseigne SCRAP à Tokyo a été testée avant sa fermeture début 2017.

Il y a quelques mois, nous étions pour la première fois confronté à un escape game au Japon. Nous avions alors choisi la « Red Room » de l’enseigne SCRAP, à Tokyo, excellente salle minimaliste qui renferme un mécanisme bluffant totalement inédit. Nous voilà de retour à SCRAP pour découvrir le « Haunted Manor ».

Toute première enseigne commerciale à avoir vu le jour, en 2008, la maison mère de The Real Escape Game est aujourd’hui encore un poids lourd de l’escape game au Japon. Cette fois, plus question de salle conceptuelle sans décor ni storytelling. Le « Manoir Hanté » revisite un classique de l’horreur : le « hide and seek », jeu de « cache-cache » qui devient ici « se cacher et fouiller ». Des scènes d’horreur à la japonaise, du sang, de l’obscurité… Cette room à l’atmosphère angoissante a pour cadre un grand appartement de deux étages.

Le scénario

Tout le monde l’affirme : « Une fois dedans, vous ne ressortirez jamais. » De ce manoir, beaucoup ne sont en effet jamais ressortis. Vous devez vous faufiler à l’intérieur pour enquêter sur ces mystérieuses disparitions. Alors que vous fouillez à la recherche du moindre indice, la porte s’ouvre. Quelqu’un vient d’entrer et de fermer à clé. Une voix résonne : « Vous êtes prêts ? Je viens vous chercher… »

Particularité culturelle japonaise, on ne pénètre pas dans une habitation sans se déchausser. C’est donc en crocs que nous menons l’enquête, afin de ne pas salir une demeure qui baigne déjà pourtant dans le sang… Le jeu est principalement basé sur la fouille. Les énigmes sont relativement simples mais résolues sous une pression constante : il faut se cacher pour ne pas se faire attraper par le mystérieux personnage qui rôde dans la maison. Comptez d’ailleurs sur lui pour vous trouver malgré tous vos efforts. Car, oui, quelqu’un est enfermé avec vous dans l’espace de jeu et fera tout pour que vous fassiez des bonds de deux mètres de haut !

Storytelling et immersion réussis

Le storytelling est poussé et tient la route, le jeu dans son ensemble très original et l’immersion réussie, même s’il est dommage qu’elle soit atténuée par la présence du game master dans la pièce. Calepin et stylo en main, il observe la partie et délivre des indices si besoin. Sachez que, contrairement à la « Red Room », ici une connaissance basique de l’anglais est nécessaire. Vous aurez 30 minutes pour vous échapper, avec la possibilité d’en ajouter 10 supplémentaires moyennant finances. N’oubliez pas de dire au revoir à vos proches avant d’entrer…