Escape GameArchivesLa malédiction

La malédiction

🕵 Cette salle de Victory Escape Game, à Paris, a été testée avant sa fermeture en septembre 2018.

Old el Paso s’est lancé le défi de promouvoir l’un de ses derniers produits, les mini panadillas, par le biais d’un escape game. Contrairement aux salles de Google et de la FDJ, qui étaient gratuites, ou à celle de Citroën, accessible à moins de 10 euros par personne, « La malédiction by Old el Paso » affiche le même tarif que les autres jeux de l’enseigne qui l’héberge, Victory Escape Game : de 24 à 32 euros en heures pleines. Par conséquent, la review qui va suivre évalue cette room comme n’importe quelle autre salle parisienne.

Dans son local du 9è arrondissement, qui accueille six salles, Victory commençait à se sentir à l’étroit. Depuis avril 2017, l’enseigne exploite donc un nouveau lieu, cette fois dans le Marais. Victory a choisi de continuer à travailler avec le complexe hongrois Mindquest et d’importer deux de ses nouveaux jeux, « L’arche perdue » et « Interstellaire ». La troisième et dernière aventure proposée dans le Marais, elle, est une exception : « La malédiction by Old el Paso » a été créée par l’entreprise française de conception d’escape rooms Eludice, elle est éphémère (elle devrait exister au moins jusqu’à avril 2018), et, comme son nom l’indique, son but est promotionnel. Le succès grandissant des jeux d’évasion grandeur nature incite de plus en plus les marques à adopter cette stratégie pour communiquer. C’est donc au tour de la branche française du leader des produits tex-mex de se lancer.

Le scénario

« ¡ Hola ! Il y a quelqu’un ? Tout le monde a disparu… La maison est vide et vos deux amigos se sont volatilisés. Aucune trace… À l’exception d’étranges notes abandonnées sur la table du salon. Plus vous les parcourez, plus le mystère s’épaissit… Vos deux amis étaient sur le point de percer le secret des Mexikhas, ces chamans légendaires qui pouvaient modifier leur taille à volonté. Mais pourquoi se passionnaient-ils pour ces légendes ? Et surtout… leur disparition a-t-elle un lien avec la malédiction ? Vous décidez de mener l’enquête quand, soudain, vous êtes pris d’un vertige. Est-ce une impression ou… tout a rapetissé autour de vous ? »

L’équipe d’Escape Game Paris saute sur toutes les occasions possibles pour se déguiser, nous nous emparons donc des sombreros, maracas et ponchos mis à disposition, et c’est en fiers mariachis que nous entrons dans la salle ! Nous entamons la fouille et découvrons des instruments de musique et des crânes colorés, références à la culture mexicaine, mais aussi des fruits et légumes, une cuisine aménagée, des casseroles de cuivre… Pas de doute, nous sommes bien dans le thème. Le décor est multicolore et agréable. À l’inverse du scénario évoqué sur le site de l’enseigne, retranscrit plus haut, nous comprenons tout de suite que ce n’est pas notre environnement qui a rapetissé, mais bel et bien nous, ce qui fait son petit effet !

Notre parcours commence laborieusement : on note quelques bonnes idées mais leurs applications manquent parfois de clarté, nous sommes régulièrement perdus devant le peu de liens entre les éléments nécessaires à la résolution de chaque énigme. Notre maître du jeu se manifeste donc à plusieurs reprises par l’intermédiaire d’un écran, mais ses interventions sont approximatives. Il nous communique par exemple un nombre ou le mot « non », sans que nous sachions à quoi il fait référence.

Quelques bonnes idées mais un gameplay poussif

La plupart des énigmes dissimulées dans la salle sont « old school » : il faudra compter, calculer, reconstituer un puzzle ou encore utiliser une lampe UV… On a connu plus original et plus amusant. Ces casse-têtes ne sont pas intégrés au scénario dans lequel vous évoluerez, et vous n’en saurez pas beaucoup plus sur la malédiction grâce à eux.

Saluons tout de même quelques manipulations sympas ainsi que la présence d’un ingénieux objet qui est au centre de l’aventure et mettra un peu d’animation ! Les « manip » dominent d’ailleurs dans cette room qui ne compte qu’un seul cadenas et aucune clé. Vous vivrez un rebondissement très étonnant à vivre et bien trouvé, et évoluerez dans des décors agréables, même si très inégaux.

Ces derniers points ne parviennent pas à estomper notre sentiment général, qui est d’une part que le début du jeu manque de fluidité ; et d’autre part que la salle aurait gagné à proposer des énigmes un peu moins standardisées que l’on a du mal, malgré les manipulations proposées, à trouver amusantes. Avec son scénario très original et prometteur car riche en possibilités, « La malédiction by Old el Paso » nous avait pourtant mis l’eau à la bouche !