Escape GameBudapestMystique RoomThe Time Machine

The Time Machine

25% Fouille
40% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Science-Fiction | Fantastique
  • Niveau
    Difficile
  • Immersion
    👏 Excellent
  • Nombre de joueurs
    2 à 8 joueurs

Escape game jouable en anglais

Après une visite du parlement hongrois, pourquoi ne pas prendre une petite heure pour sauver le monde ? Les joueurs d’escape game parisiens ont peut-être déjà entendu parler de Mystique Room, situé à quelques pas du monument : elle est l’une des deux enseignes hongroises (avec Claustrophilia) à qui L’Antichambre a acheté des jeux, « The Pharaoh’s Burial Chamber » par exemple, renommé « Momie » en français. Difficile pour autant de rapprocher « Momie » de « The Time Machine » : cette dernière est non seulement plus difficile (c’est la plus compliquée de l’enseigne), mais aussi bien plus moderne.

Nous sommes briefés dans la salle par notre game master à l’anglais impeccable, et le décor steampunk nous saute tout de suite aux yeux : nous venons d’entrer dans l’atelier d’un scientifique, époque Révolution industrielle, et cette pièce recouverte de cuivre du sol au plafond est visuellement une réussite.

Le scénario

« Après de nombreuses années de dur labeur, le professeur Donnolly a réussi à mettre sur pied une machine à remonter le temps. Malheureusement, durant sa mise en place, il a arrêté le cours du temps par accident ! Votre mission est de redémarrer le temps avant qu’il ne soit trop tard. »

Comme le décor steampunk le laisse penser, cette escape room fait la part belle aux mécanismes. Elle est en fait un savant mélange entre manipulations et réflexion. Le début du jeu est linéaire et parfois un peu tiré par les cheveux à notre goût, mais la suite est toute autre : alors que l’on rentre dans le vif du sujet, la salle gagne en qualité et les casse-têtes peuvent être appréhendés en parallèle.

Quatre étapes, un effet spécial final

Notre game master nous avait annoncé d’emblée que quatre étapes devaient être réalisées pour arriver au bout de notre mission. L’une d’elles, qui utilise l’eau d’une manière très intelligente qu’on n’avait encore jamais vu dans un escape game, nous a particulièrement séduits. La progression est très simple à suivre, chacune des quatre étapes ayant une conséquence sur un élément du décor. De la même façon, impossible de ne pas comprendre que la mission est remplie grâce à un effet spécial final plutôt imposant. Encore faut-il arriver au bout de cette escape room, assez difficile, que nous conseillons plutôt aux équipes ayant déjà quelques salles à leur actif.

Si l’on devait néanmoins faire un reproche à « The Time Machine », outre le début un peu alambiqué, ce serait le manque de storytelling. Il y a pourtant bien une histoire au début du jeu, mais celle-ci s’arrête nette et ne reprend jamais. Il s’agit cependant d’une remarque que l’on pourrait appliquer à une très grande majorité des salles de Budapest…