Du 15 au 24 février votez pour vos salles et enseignes préférées aux Escape Game Awards.
Escape GameLa DéfenseTeam BreakJurassik Room

Jurassik Room

40% Fouille
20% Manipulation
40% Réflexion
  • Thème
    Science-Fiction | Fantastique
  • Niveau
    Pour débuter
  • Immersion
    Bien
  • Prix
    19 - 28€/joueur
  • Nombre de joueurs
    4 à 12 joueurs

Née dans le 9e arrondissement de Paris, la franchise d’escape game Team Break est aujourd’hui implantée un peu partout en France, et notamment à La Défense, au CNIT, où un grand complexe attend les joueurs. Cinq scénarios inspirés de films ou de séries télévisées y sont proposés : « Prison Break », « Magic School », « Mission Alien », « Space Adventure » et « Jurassik Room », sujet de cette review. Sur place, nous rencontrons un agent de liaison qui nous demande tout de suite si on est bien en possession du mot de passe préalablement reçu par mail…

Dynamique et à fond dans son rôle d’agent secret haut gradé, notre maître du jeu nous emmène jusqu’au musée d’Histoire naturelle intégré à l’agence Team Break, avant de nous expliquer notre mission du jour. Il nous délivre alors une nouvelle qu’on n’avait pas vu venir : Pedro, supervilain que l’on retrouve dans tous les scénarios de Team Break, est mort !

Le scénario

« Après avoir fait plusieurs tests et joué avec la génétique, Olga est parvenue à recréer des œufs de dinosaures. Ces œufs de dinosaures sont bien plus puissants, plus rapides et plus intelligents que ceux ayant vécus ici avant les hommes. Possédant plusieurs modifications génétiques, ces super dinosaures lui obéissent. Avec eux, elle va pouvoir détruire le monde et assouvir son désir de domination ! Vous avez donc 60 minutes pour trouver les trois œufs de dinosaures et les mettre en sécurité avant qu’ils n’éclosent. »

Notre game master nous tend un téléphone portable et un talkie-walkie grâce auquel on peut le joindre si nécessaire, et il déguerpit. Nous voilà dans une pièce du musée où l’on peut observer quelques fossiles et ossements. Le décor est correct, à l’exception du plafond technique qui n’est pas du tout camouflé, d’un élément très abîmé qui spoile la suite de l’aventure, et d’une partie de mécanisme cassée, que l’on a du mal à activer, ce qui ne facilitera pas la résolution d’une des énigmes.

Le début de la mission, qui vous demandera un bon sens de l’observation et un peu de concentration, est assez plombant et manque de fun. Il est non linéaire, par conséquent tous les membres de l’équipe pourront être actifs et contribuer à atteindre le premier objectif. L’ensemble du jeu repose majoritairement sur de la fouille et de la réflexion, il propose des énigmes très classiques, que ceux qui découvrent les escape games pourront apprécier. Les quelques manipulations que vous rencontrerez sont elles aussi très basiques : si ce que vous préférez dans les jeux d’évasion grandeur nature, ce sont les mécanismes, pas sûr que cette salle vous convienne.

Evitez de venir à douze joueurs, capacité maximale de la room

La plupart des énigmes de « Jurassik Room » sont thématisées mais sans lien avec le scénario. Elles sont comme « posées » dans l’espace de jeu sans aucune justification : on ne comprend pas pourquoi on fait cela mais on le fait. Certaines résolutions sont même complètement farfelues – l’une d’elles monte sur notre podium des actions les plus WTF effectuées dans un escape game !

Les casse-têtes ne sont pas nombreux et certains espaces assez petits, évitez donc de former une équipe de douze joueurs, capacité maximale de la room : rien ne le justifie. Quatre aventuriers peuvent suffire. Si vous êtes plus, vous prendrez le risque que certains restent spectateurs de l’aventure.

L’immersion est globalement bonne, il faudra simplement que vous croisiez les doigts pour que la team qui a réservé la salle d’à côté ne crie pas trop fort, car les murs ne sont pas très épais… Une bande-son aurait d’ailleurs été appréciable. Les décors tiennent la route tout au long de la mission, même si l’une des pièces pourra vous laisser sur votre faim : on aurait eu envie de se servir davantage du décor, or vous n’aurez aucune interaction avec lui. Dommage, le potentiel était pourtant là !