Escape GameLilleEscapersBraquage à la lilloise

Braquage à la lilloise

45% Fouille
25% Manipulation
30% Réflexion
  • Thème
    Cambriolage
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    Bien
  • Prix
    18 - 35€/joueur
  • Nombre de joueurs
    2 à 7 joueurs

Escapers est une enseigne de Lille fondée par la moitié de feu Mission Évasion, auteur de la très bonne escape room « Sagittarius » qui n’existe plus aujourd’hui. Deux scénarios étaient proposés lors de notre passage à Escapers : « Le magot de mémé » et « Braquage à la lilloise », sujet de cet article. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas une banque qu’il faudra dévaliser, mais une galerie d’art voisine, dont le propriétaire doit apparemment de l’argent à notre game master…

Le scénario

« Votre équipe a été contactée par le grand banditisme. Votre mission : voler un tableau dans une galerie d’art, sans vous faire repérer… »

Les premiers instants de la partie sont très déroutants, il y a de quoi rester pantois. Passé ce début très original, on découvre une salle avec un déroulé et des énigmes plus classiques.

Le jeu prend place dans une galerie d’art de taille réduite et d’apparence simple, joliment décorée et crédible à première vue. Quelques tableaux aux murs, un petit banc où s’installer pour les admirer… Encore faut-il réussir à les atteindre.

Des manipulations de qualité, des énigmes un peu en-dessous

Le début de la partie est très manuel, et pour cause : vous devrez trouver le moyen d’effacer tous les obstacles qui se dressent entre votre butin et vous. Il faudra faire preuve d’astuce, de doigté et même d’un peu d’adresse pour arriver à progresser jusqu’au tableau que vous convoitez. Quoi de plus normal pour un braquage ? Cette partie du jeu est très bien réalisée.

Une fois dans le vif du sujet, ce sont davantage des énigmes de réflexion qui vous attendent, et celles-ci sont malheureusement un peu moins bien réussies et moins bien intégrées dans l’histoire : contrairement aux manipulations du début de jeu, on se retrouve à faire des choses qui n’auraient pas de sens dans la vie réelle. Les énigmes ne sont plus vraiment connectées à des actions qu’on associerait à un braquage. De plus, certaines étapes comportent des fausses pistes, volontaires ou non, qui altèrent la fluidité du jeu.

Le dénouement permet néanmoins de finir sur une note positive. On y retrouve de bonnes idées, de la trempe du début de partie. Dommage que le milieu du jeu soit un peu en deçà, mais il y a tout de même de quoi passer un bon moment lors de ce « Braquage à la lilloise » !