Escape GameMarseilleExitGameAlcatraz

Alcatraz

30% Fouille
20% Manipulation
50% Réflexion
  • Thème
    Prison | Évasion
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    Bien
  • Prix
    19 - 24€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 6 joueurs

ExitGame a ouvert en septembre 2015 dans le centre-ville de Marseille. Comptez quinze minutes de marche depuis la gare Saint-Charles, quatre minutes depuis l’arrêt de tram Réformés-Canebière.

Cette enseigne propose quatre salles aux thèmes très variés, des grands classiques de l’escape game : un tombeau égyptien, un laboratoire, un scénario serial-killer et… une prison, bien sûr ! Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette dernière, « Alcatraz », ne vous emmènera pas dans la baie de San Francisco mais plutôt dans ce qui ressemble à un vieux et sombre cachot souterrain. Nous entrons dans l’espace de jeu, notre attention est immédiatement happée par une vidéo projetée sur un écran, dans un coin de notre cellule. Grâce à elle, nous allons bientôt être fixés sur la situation dans laquelle nous nous trouvons…

Le scénario

« Vous voilà emprisonné par erreur dans le cachot le plus sombre et humide du fort Saint-Jean. Les gardiens ne veulent rien savoir, vous serez exécuté dans une heure pour un crime que vous n’avez pas commis. Vous trouvez un mystérieux message dans votre cellule, le fort hébergerait un ancien temple illuminati, qui pourrait être une sortie. Arriverez-vous à vous échapper à temps ? »

Dans soixante minutes, un bourreau fera donc son apparition dans la prison, ce qui signera notre arrêt de mort. À nous de nous enfuir avant son arrivée…

La salle la plus difficile de l’enseigne

Avec « Alcatraz », ExitGame exploite certes une thématique très classique dans le monde de l’escape game, mais l’enseigne la traite d’une manière assez originale. Comme l’annonce le scénario, vous perdrez vite votre cachot de vue pour découvrir un autre univers, celui des Illuminati… L’établissement a utilisé sa cave et ses pierres apparentes à bon escient, une ambiance s’installe progressivement. On pourrait simplement reprocher à la bande-son d’être assez répétitive d’une part, et d’autre part au système de game mastering de ne pas être intégré à l’aventure : ce n’est pas un personnage qui vous viendra en aide si besoin mais votre maître du jeu, par l’intermédiaire d’un écran qui se fond très mal dans le décor…

« Alcatraz » est la salle la plus difficile de l’enseigne. De fait, c’est le scénario qui est le plus dense et qui vous demandera le plus de réflexion. Mais tout sera résolvable sans indice si votre équipe fait preuve d’observation ! À l’exception peut-être d’une énigme pendant laquelle vous devrez superposer plusieurs couches de réflexion et ne serez donc pas à l’abri de vous emmêler les pinceaux, d’autant que l’étape finale peut être interprétée de plusieurs manières différentes.

Une quête annexe

Le jeu est assez varié. En plus d’observation et de réflexion, il vous demandera un poil d’adresse et aussi de la coopération entre équipiers. Les casse-têtes s’enchaînent malheureusement sans qu’ils aient trop de lien entre eux, ce qui nuit à l’immersion : les énigmes sont ainsi plus des prétextes pour vous retenir dans une salle que de véritables obstacles intégrées à l’histoire, et les résoudre vous donnera souvent des codes à chiffres qui n’ont aucun sens ou justification étant donné le contexte.

La petite originalité de la room « Alcatraz », c’est sa quête annexe. Au cours du jeu, vous découvrirez une énigme que vous identifierez sans aucune ambiguïté possible comme facultative. S’il vous reste du temps une fois votre évasion dans la poche, ou si l’enjeu vous tient particulièrement à cœur, alors vous aurez tout le loisir de vous pencher dessus. En venir à bout est loin d’être évident, il s’agit d’un casse-tête assez malin même si, encore une fois, il est complètement déconnecté de la réalité vu le contexte : votre sens de l’observation sera mis à l’épreuve, c’est le maître-mot de cette mission.