Escape GameMérignacReal Escape RoomURSS 1962 : salle d’opération clandestine

URSS 1962 : salle d’opération clandestine

40% Fouille
30% Manipulation
30% Réflexion
  • Thème
    Asile | Hôpital
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    Assez bien
  • Prix
    16 - 35€/joueur
  • Nombre de joueurs
    2 à 6 joueurs

La franchise de live escape game Real Escape Room, originaire de Marseille, s’est installée dans les environs de Bordeaux fin 2017. C’est à Mérignac, dans la zone d’activités commerciale Chemin Long, que l’enseigne a pris ses quartiers. Comptez environ 20 minutes en voiture du centre de Bordeaux, ou 40 minutes en bus depuis la place de la Victoire.

Une fois sur place, une petite énigme vous attend pour vous mettre en jambe avant de pouvoir rentrer dans l’établissement. Cette étape fait également office de préambule au concept du lieu : à Real Escape Room, vous vous trouvez dans un manoir abritant une bibliothèque magique, permettant d’être projetés dans des livres afin d’en changer la fin.

Vous l’aurez sans doute compris : l’histoire d’un de ces livres se déroule en URSS, en 1962.

Le scénario

« Vous êtes renvoyés en URSS, à Volgograd, en 1962, en pleine guerre froide, pour mener à bien la mission d’infiltration échouée de la SDECE. Celle-ci avait pour but de récupérer la liste d’agents du KGB dont l’identité a été effacée dans une salle d’opération secrète. C’est le docteur Tesnard, un chirurgien français exilé en URSS depuis la fin de la guerre, qui officie dans cette salle d’opération. Malheureusement, les espions français échouent et ne parviennent pas s’échapper de leur cellule… Votre mission est de changer le cours de l’histoire. Vous devez pénétrer la salle d’opération pour ainsi trouver la liste des agents du KGB s’étant fait opérer. »

Après avoir lu la page du livre consacré à notre mission, nous sommes conduits dans la salle. Notre maître du jeu nous tend un talkie-walkie grâce auquel il nous aidera si besoin. A noter que lorsque ce fut le cas, ses interventions n’étaient pas scénarisées : ce n’était pas un complice extérieur faisant partie de l’histoire qui s’adressait à nous, mais bien un game master.

Du sang et des os

Le début du jeu est original. Il faudra rapidement faire preuve de débrouillardise afin d’avancer et de découvrir la pièce principale dans laquelle se déroule la partie.

Une fois cette première étape franchie, nous découvrons la salle d’opération du docteur Tesnard. Un lit d’hôpital y trône, ainsi que du matériel chirurgical et quelques produits pharmaceutiques. Traces de sang, restes humains… Ces lieux semblent effectivement avoir été le théâtre d’opérations inquiétantes et pas très officielles. La promesse d’une salle d’opération clandestine est tenue. Pour ce qui est de l’URSS ainsi que des années 1960, ils sont évoqués par quelques éléments dans la décoration ou la bande-son. Néanmoins, l’univers aurait pu être davantage marqué, et il n’est pas compliqué d’imaginer cette salle d’opération à une autre époque, dans un autre endroit. De petits détails ici et là nous ramènent à la réalité, par exemple de l’alphabet latin.

Une room classique et équilibrée

Le jeu est assez équilibré en termes de mécaniques utilisées, même si une des étapes nécessite énormément de fouille, avec quelques pièges. Vous devrez également faire appel à votre sens de l’observation et votre esprit d’analyse pour faire le lien entre les différents éléments à votre disposition dans la pièce, ce qui vous permettra d’avancer. Quelques manipulations seront également requises.

De manière générale, les énigmes de « URSS 1962 : salle d’opération clandestine » sont classiques et ne devraient pas poser de problèmes particuliers aux habitués des escape games. Les étapes à réaliser dans la room sont liées à l’Union soviétique ou la science, mais elles ne s’inscrivent pas dans une histoire développée durant l’heure de jeu : on n’en apprendra pas plus sur le docteur Tesnard ni son activité. Elles ne sont pas non plus crédibles, car il est peu vraisemblable que des espions en mission se retrouvent face aux énigmes de cette salle dans la vraie vie, ou même dans un film.

La version de « URSS 1962 : salle d’opération clandestine » de Mérignac n’est que très légèrement différente de celle que nous avions testée à Marseille en 2016 et qui nous avait beaucoup plu à l’époque. Toutefois, le marché des escape games, encore tout jeune, évolue beaucoup en peu de temps : de plus en plus de salles proposent des niveaux d’immersion toujours plus élevés, avec des décors très dépaysants ou très travaillés, des scénarios à rebondissements ou des énigmes intégrées au jeu de manière crédible. Sur tous ces aspects, cette salle accuse son âge face à des escape games plus récents. Cependant, les joueurs néophytes se régaleront très certainement dans ce jeu, qui est une bonne introduction aux escape rooms malgré quelques étapes un peu compliquées.