Escape GameParisKairos EscapeLe boucher de Détroit, 2003

Le boucher de Détroit, 2003

35% Fouille
5% Manipulation
60% Réflexion
  • Thème
    Enquête | Explorateur
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    👏 Excellent
  • Prix
    25 - 32€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 5 joueurs

Kairos Escape n’est pas une enseigne comme les autres. Sous ses airs d’hôtel de luxe, le 24è complexe d’escape game de Paris, qui a posé ses valises dans le 11è arrondissement, est capable d’ouvrir des portes spatio-temporelles : depuis décembre 2016, il envoie ses joueurs dans le passé ou le futur… Pour ne pas attirer l’attention sur ses activités secrètes, l’hôtellerie est une parfaite couverture ! Et quelle belle couverture : une jolie réception et son espace d’accueil, un mobilier classieux, de confortables canapés, une décoration raffinée… L’établissement, qui s’étend sur 700 m², vous propose de vous échapper de son « Zombie motel » en 2035, de partir à la recherche d’un trésor avec « Les pirates des Antilles » en 1727 ou, sujet de cette review, d’enquêter sur « Le boucher de Détroit » en 2003.

Le maître des lieux nous met très vite en garde : « Cette salle n’est pas un escape game classique. » Nous nous dirigeons vers l’une des chambres de l’hôtel… Notre équipe est sur le point d’être envoyée quatorze ans en arrière, au cœur du bureau des homicides de la ville de Détroit, aux États-Unis, sur la piste d’un serial killer que toute la police recherche.

Le scénario

« Des disparitions inquiétantes touchent la ville de Détroit au début des années 2000. Au cœur du bureau des homicides, reprenez l’enquête du lieutenant Murphy, qui a mystérieusement disparu alors qu’il était sur les traces du serial killer qu’on nomme ‘‘Le Boucher’’. Dans une ambiance pesante, il vous faudra remonter la piste du tueur… »

L’illusion est immédiate : nous nous trouvons bel et bien dans le bureau d’un commissariat qui croule sous les dossiers. Les victimes du serial killer nous regardent par l’intermédiaire de leurs fiches, épinglées au mur, sur lesquelles on trouve toutes les informations liées à ces meurtres. La pièce est aménagée autour de quelques rangements et d’une table, une grande carte est punaisée, et nous avons même une vue sur l’extérieur… Un vrai décor de film ! Ne manque plus qu’un flic derrière l’ordinateur, avec son mug de café et ses donuts. L’immersion est excellente et la communication avec le game master ne dénote pas : elle est intégrée de manière très originale et intelligente.

À première vue, rien de très déstabilisant… Pourquoi « Le boucher de Détroit, 2003 » n’est-il donc pas un « escape game classique », comme nous l’annonçait notre maître du jeu ? Parce qu’ici, vous vous en rendrez compte très vite, ce ne sont pas les énigmes mais le storytelling qui est au centre. Vous trouverez finalement très peu de casse-têtes en tant que tels : vous serez avant tout plongé au cœur d’une histoire que vous devrez comprendre, analyser… Le commissariat devra être passé au peigne fin afin de démêler l’intrigue et d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Plus que dans toute autre salle, il faudra prêter attention aux moindres détails. Vous n’aurez pas de raisonnements très complexes à mener mais, si vous allez trop vite, vous passerez peut-être à côté d’une information cruciale qui vous fera perdre le fil de l’histoire. Vous pourrez alors continuer le jeu mais ne comprendrez pas nécessairement ce que vous êtes en train de faire, ce qui peut poser problème…

Ce sont donc de véritables investigations sur les traces d’un serial killer qui vous attendent. Pour autant, rassurez-vous, vous ne passerez pas trop longtemps à éplucher des dossiers ou à lire des comptes-rendus d’intervention policière ! Le jeu est plutôt bien conçu de ce point de vue-là. Si vous parvenez à comprendre les tenants et aboutissants de l’enquête, vous découvrirez un scénario parfaitement cohérent et vraisemblable, qui cache même quelques rebondissements. On sent que l’équipe de Kairos Escape a eu à cœur de faire vivre une histoire à ses joueurs. À l’intérieur des salles de l’enseigne, vous ne trouverez d’ailleurs aucun compte à rebours. Un parti pris qui révèle un état d’esprit : les créateurs souhaitent que vous perdiez tous repères, que vous vous plongiez totalement dans leur imaginaire et ne pensiez plus au temps qui passe.

Pour une fois, ne mettez pas tout en bazar !

L’autre particularité de « Boucher de Détroit, 2003 » c’est que, contrairement à une escape room classique, dans toute la première partie du jeu il sera inutile de retourner la pièce de fond en comble, de fouiller sous les tiroirs, derrière les meubles… Tous les dossiers et toutes les fiches que vous trouverez sont rangés, tout est organisé et cette organisation pourra vous être précieuse : ne mettez pas tout en bazar, on vous rappelle que vous êtes dans un vrai commissariat ! Dans un second temps, la salle redevient plus classique et vous sentirez alors qu’il est temps de fouiller partout ou presque…

Les énigmes que vous croiserez seront tantôt parfaitement intégrées au scénario, tantôt très peu crédibles par rapport à la situation dans laquelle vous serez… Peu de cadenas viendront se dresser sur votre chemin : tout sera rapidement à votre portée. La réflexion domine largement l’aventure, loin devant la fouille et la manipulation. À ce sujet, n’espérez pas jouer avec des mécanismes : vous n’en croiserez quasiment aucun ici.

Sachez que l’enseigne a la possibilité de personnaliser la salle à l’occasion d’un anniversaire ou de tout autre événement, en proposant quelques options qui ajouteront un peu de fun à l’aventure.

Kairos a fourni un gros effort de scénarisation et de storytelling pour créer cette room qui ne plaira pas à tout le monde étant donné le peu d’énigmes et de manipulations qu’elle contient. Elle s’adressera plutôt à un public qui souhaite se plonger dans une série policière à la « True Detective » : les apprentis Rust Cohle et Martin Hart seront comme des poissons dans l’eau !

Découvrez le teaser vidéo de « Le boucher de Détroit, 2003 » :