Escape GameParisL'AntichambreShogun

Shogun

50% Fouille
40% Manipulation
10% Réflexion
  • Thème
    Cambriolage
  • Niveau
    Pour débuter
  • Immersion
    Assez bien
  • Prix
    14 - 40€/joueur
  • Nombre de joueurs
    2 à 6 joueurs

« Shogun » fait partie des escape rooms qui ont vu le jour en novembre 2017 dans le deuxième local de L’Antichambre, rue Blondel, dans le 3e arrondissement de Paris. Sur le site web du complexe, on peut lire que cette salle, directement importée de l’enseigne de Budapest Mystique Room, est de difficulté « normale ». En réalité, elle est surtout adaptée aux groupes de débutants. Si vous êtes un habitué des escape, vous n’y trouverez ni surprise ni challenge…

Le scénario

« Le shogun Yoritomo a quitté son logis de Kamakura précipitamment. C’est le moment d’y pénétrer pour retrouver la preuve des meurtres qu’il a ordonnés. Mais faites vite ! Le jour ne va pas tarder à se lever… »

Notre game master nous donne quelques éléments de contexte supplémentaires une fois devant la porte de la room et nous souhaite bonne chance. Nous voici à présent dans le jardin du shogun Yoritomo, nous devons absolument trouver le moyen d’entrer chez lui rapidement… Petite précision non négligeable : « shogun, nom masculin, de 1192 à 1867, titre de celui qui détenait le pouvoir militaire et civil au Japon. » (Thanks Larousse.)

L’enseigne s’est risquée à représenter un décor extérieur, ce qui n’est jamais évident. Au premier abord, il fait néanmoins l’affaire, même si, quand on s’attarde sur les détails, force est de constater qu’il est loin d’être parfait. Les galets du jardin sont collés au sol, des stickers font office d’horizon… Une musique zen appréciable vous accompagnera tout au long de l’heure.

Un florilège de petites manipulations mécaniques classiques

« Shogun » vous demandera de beaucoup fouiller votre environnement, surtout au début de la partie. Vous y trouverez très peu d’énigmes de réflexion et de logique, en revanche vous ferez face à un florilège de petites manipulations mécaniques classiques et intuitives. A plusieurs reprises, elles sont malheureusement un peu gâchées par des contre-indications écrites noir sur blanc, pour que vous évitiez de casser les mécanismes ou de les contourner. Un des casse-têtes peut être sujet à une énorme fausse piste et il pourra vous faire perdre beaucoup de temps si vous partez dans la mauvaise direction et que votre game master n’intervient pas rapidement.

D’une manière générale, cette room de L’Antichambre propose un enchaînement d’énigmes qui n’ont pas de lien avec l’histoire annoncée, ni aucun rapport les unes avec les autres. Le système d’indices n’est lui non plus pas justifié au sein du scénario, votre game master n’incarnera pas l’un de vos complices par exemple, ce qui aurait pu être approprié… S’il estime que vous avez besoin d’aide, une indication apparaîtra sur un écran situé… dans le jardin du shogun.

Pas vraiment taillée pour les groupes de joueurs habitués, « Shogun » pourra en revanche contenter celles et ceux qui découvrent les escape games, qui pourront être séduits et amusés par la succession de petites manipulations ludiques ici proposée.