Escape GameParisPhobiaHoudini

Houdini

15% Fouille
50% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Prison | Évasion
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    👏 Excellent
  • Prix
    25 - 60€/joueur
  • Nombre de joueurs
    2 à 4 joueurs

Auparavant rattaché à Claustrophobia, LE poids lourd des escape games en Russie, Phobia Paris a fait peau neuve en décembre 2017. Claustrophobia est réputé pour ses aventures spectaculaires, ses mécanismes bluffants, ses effets spéciaux… La salle « Houdini » est dans cette lignée : très surprenante et très divertissante.

Après un premier scénario autour du mystérieux Léonard de Vinci, l’enseigne du 13e arrondissement de Paris a donc choisi d’embarquer ses joueurs dans l’univers de la magie et d’Harry Houdini. Mondialement connu, cet illusionniste roi de l’évasion est né en 1874 à Budapest, ville qui est depuis devenue la capitale européenne des escape games… #CoïncidenceJeNeCroisPas

Le scénario

« Êtes-vous prêts à revivre l’histoire d’Harry Houdini, le célèbre illusionniste et roi de l’évasion ? Il a réussi à s’échapper d’une prison sous les yeux du gardien alors qu’il était enchaîné. Vous allez devoir reproduire son exploit, percer le secret de sa célèbre disparition et l’ouverture de ses mystérieuses menottes. Saurez-vous être à la hauteur du grand Houdini ? »

Dans les locaux de l’enseigne du 13è arrondissement parisien, le scénario qui nous est présenté est un peu différent de celui qui est affiché en ligne, reproduit ci-dessus : nous apprenons que nous incarnons des apprentis magiciens, qu’un casting est sur le point d’avoir lieu, mais pas n’importe lequel, le top du top, le « The Voice » des illusionnistes, auquel nous souhaitons absolument postuler. Pour prouver notre valeur, nous allons tenter de reproduire l’extraordinaire performance carcérale d’Houdini… Car en plus d’avoir été un as des tours de carte, l’Américain d’origine hongroise est connu pour s’être évadé de la prison de Washington : quasi nu, enchaîné dans une cellule fermée à clé, il avait réussi à s’échapper sous les yeux du gardien… À nous de faire de même ! Deux petites nuances : il n’y aura pas de gardien dans notre cellule, et nous avons le droit de rester habillés. Après quelques blagues sur Sylvain Mirouf et Garcimore, nous entrons dans la room avec une cagoule sur la tête… Ça calme.

Un début d’aventure étonnant… et bruyant

Lorsque nous retrouvons la lumière du jour, nous ne sommes pas déçus ! Nous voilà tous les quatre dans le pétrin, et particulièrement l’un d’entre nous d’ailleurs, qui ne tarde pas à avoir des sueurs froides : Phobia a mis en place un dispositif créatif et ingénieux, un enchaînement mécanique assez bluffant qui vous permettra de vivre un début d’aventure très étonnant et… très bruyant ! Tout le jeu est construit de manière linéaire et propose un enchaînement original : comme dans la majorité des salles de Phobia, pas de cadenas à ouvrir ou de digicode à déverrouiller, plutôt des mécanismes à activer et des actions à réaliser pour progresser… Vous vous retrouverez dans la peau d’un Houdini en herbe, or Houdini n’utilisait jamais de cadenas à quatre chiffres ou directionnels… Beaucoup de mécanismes sympas vous attendent, parfois impressionnants et peu habituels, le thème s’y prête particulièrement. Il y aura du spectacle !

La plupart du temps, ces manipulations collent au plus près d’actions que l’on pourrait réellement effectuer dans une prison si l’on devait s’évader. Mais on note aussi deux énigmes qui cassent cette dynamique, dont une qui pourra être fastidieuse : l’enseigne a fait l’effort de l’intégrer au sein du scénario, pourtant elle nous éloigne de l’univers de la salle. C’est d’ailleurs ce casse-tête qui vous demandera le plus de concentration… La réflexion ne domine pas cet escape game, loin de là, et la fouille encore moins : qui dit décors épurés dit pas grand-chose à fouiller.

Une room qui exige de la dextérité

L’immersion, elle, est excellente du début à la fin, même si les décors ne sont pas parfaits. Comme dans « Da Vinci Code », ce sont les surprises de mise en scène et les rebondissements qui sont les points forts de la room : même s’ils peuvent paraître étonnants au vu du scénario, leur originalité et la magie qui s’en dégage nous fait oublier tous problèmes de cohérence, et on a instantanément le sourire aux lèvres en découvrant ce qui nous attend.

Ne croyez pas que marcher sur les traces d’Houdini sera facile : plusieurs manipulations vous demanderont une minutie, une patience et une dextérité que tout le monde n’a pas… Or, vous ne pourrez pas vous permettre de passer trop de temps sur ces mécanismes car, comme d’habitude, vous n’aurez que soixante minutes pour remplir votre mission. C’est peut-être le seul point noir de ce jeu d’évasion grandeur nature : si vous ne comptez pas d’équipier un minimum habile, certains moments pourront être laborieux. D’autant que le game master pourra avoir du mal à vous aider.

Toutes les salles de Phobia Paris sont équipées d’un bouton sur lequel appuyer si vous estimez avoir besoin d’un indice – votre maître du jeu pourra aussi intervenir de lui-même si nécessaire. Un système que l’on peut regretter car il atténue l’immersion, même si, dans « Houdini », celui qui donnera de la voix pour vous aiguiller est un personnage qui fait partie intégrante de l’histoire.

En piste, c’est maintenant à vous d’impressionner le jury dans cette excellente room made in Russia !