Escape GameParisTeam BreakPrison Break

Prison Break

45% Fouille
20% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Prison | Évasion
  • Niveau
    Difficile
  • Immersion
    Bien
  • Prix
    24 - 28€/joueur
  • Nombre de joueurs
    4 à 7 joueurs

Team Break fait partie des franchises d’escape game les plus implantées en France. Pour cette enseigne, c’est rue des Martyrs, dans le 9e arrondissement de Paris, que tout a commencé. Le premier établissement de la marque accueille aujourd’hui trois rooms, dont « Prison Break », jeu inspiré de la célèbre série télé du même nom et conçu par un game designer hongrois – Budapest est considéré par beaucoup comme la capitale européenne des escape games.

Précision importante : la salle « Prison Break » est également jouable à La Défense dans les Hauts-de-Seine, à Lille, à Rouen, ainsi qu’au centre commercial Aéroville, dans le Val-d’Oise.

Nous voilà rue des Martyrs à Paris. Nous entrons dans le QG de Team Break après avoir donné le mot de passe reçu par mail lors de la réservation. Nous sommes chaleureusement accueillis par celle qui sera notre agent de liaison durant toute l’heure : Loutre AC. Loutre Amour et Chocolat (c’est son nom complet) nous met immédiatement au parfum : nous nous sommes faits attraper par la patrouille des super-vilains Pedro et Olga. Après avoir confessé nos délits – « vol de samoussas » pour trois d’entre nous, « bogossitude » pour la quatrième malfaitrice –, nous enfilons nos tenues de bagnard.

Le scénario

« Agents Team Break, vous avez malheureusement été faits prisonniers ! Vous voilà maintenant détenus dans la prison secrète de Pedro et Olga. Réussirez-vous à vous évader en moins de 60 minutes ? »

Las, résignés, nous découvrons les cellules décrépies dans lesquelles nous nous apprêtons à survivre pendant le reste de notre existence. Mais c’est sans compter Loutre AC ! A Team Break, Loutre AC fait tout : agent d’accueil, agent de liaison et… matonne ripoux. Elle est d’accord pour nous aider à nous évader et nous a discrètement glissé un talkie-walkie dans la poche. Elle interviendra si nécessaire, et nous encourage à l’appeler en cas de besoin.

Quatre joueurs minimum : coopération au programme !

Pour pouvoir jouer les taulards à « Prison Break », vous devrez former une équipe de quatre minimum. Inutile de venir à sept (la capacité maximale de la salle à Paris, qui s’élève jusqu’à douze au complexe de La Défense) car il n’y aura pas assez d’énigmes pour tout le monde. Certains risqueraient alors d’être spectateurs de l’aventure plutôt qu’acteurs. Mais effectivement, à quatre vous ne serez pas de trop : vous devrez vous coordonner et coopérer à deux reprises, et serez alors heureux de pouvoir compter sur quatre cerveaux et quatre paires de mains. Ces deux séquences de jeu sont d’ailleurs les plus réussies selon nous, elles nous ramènent à l’essence de l’escape game : il sera très compliqué de vous faire la malle sans vous organiser un minimum en tant qu’équipe !

Vous rencontrerez d’autres énigmes plus classiques et donc moins surprenantes, mais qui fonctionnent plutôt bien. A l’exception d’un calcul qui est, de notre point de vue, assez rébarbatif et pas très amusant.

La grosse majorité des casse-têtes ont un point commun : ils ne sont malheureusement pas intégrés au scénario. Dans « Prison Break », vous n’aurez que très peu la sensation de vous échapper d’un pénitencier car les énigmes sont surtout des prétextes, c’est-à-dire des obstacles artificiels qui se dressent entre la porte de sortie et vous. Cela a forcément des conséquences sur l’immersion, qui est bonne mais aurait pu être meilleure grâce à des casse-têtes plus réalistes. L’immersion aurait pu également être plus forte s’il n’y avait pas eu autant de gommettes « ne pas toucher » et si nous avions pu profiter d’une ambiance sonore. Ce petit ajout nous aurait probablement évité d’entendre l’équipe voisine exprimer sa joie de vaincre.

Pour les amateurs de fouille

Le jeu vous demandera d’être très attentif à votre environnement et d’avoir un bon sens de l’observation. Les as de la fouille en auront ainsi pour leur compte. Cet escape game n’est en revanche pas vraiment conçu pour les amoureux des manipulations : il y en a bien quelques-unes, mais elles sont presque toutes assez basiques.

Pas évident de s’évader de la prison de Team Break, notamment parce qu’une simple erreur de fouille pourra vous faire perdre beaucoup de temps ! Vous pourrez aussi passer de nombreuses minutes sur un casse-tête coopératif qui exige un rigoureux partage des tâches. Nous ne conseillons donc pas cette salle aux équipes qui découvrent le concept de l’escape room. Si vous souhaitez évaluer votre organisation et votre esprit d’équipe, « Prison Break » peut être une épreuve intéressante. Au pire, vous pourrez toujours tenter de vous échapper en copiant la technique de ce malin lapin.