Escape GameParisThe Escape Lab'ALMA : Menace 3.0

ALMA : Menace 3.0

50% Fouille
15% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Science-Fiction | Paranormal
  • Niveau
    Moyen
  • Immersion
    Assez bien
  • Prix
    28€/joueur
  • Nombre de joueurs
    5 à 10 joueurs
  • Disponible en
    2 salles

The Escape Lab’ est un rêve devenu réalité pour les aficionados d’escape game : un immeuble entièrement dédié aux escape rooms. 1300 m² au cœur de Paris, à Sentier, où enseignes et créateurs indépendants peuvent installer leurs salles pour une durée plus ou moins longue. Parmi les concepteurs présents dans ces locaux, on retrouve Criminal Quest, organisateur de jeux outdoor mais aussi auteur des « Disparus du laboratoire », escape game situé aux Grands Voisins avant la rénovation du quartier.

A The Escape Lab’, Criminal Quest propose une escape room aux accents high-tech : dans « ALMA : Menace 3.0 », vous aurez non pas 60 mais 75 minutes pour stopper une intelligence artificielle incontrôlable. L’enseigne a conçu une salle pensée pour les grandes équipes, puisque accessible de 5 à 10 joueurs. La salle étant doublée, jusqu’à 20 personnes pourront jouer simultanément, en se divisant en deux teams.

Dans le petit espace d’accueil dédié à « ALMA : Menace 3.0 », l’ambiance est geek : figurines de robot, masque de Dark Vador, pistolets laser… Mais pas le temps de flâner, notre game master nous explique que l’humanité a besoin de nous.

Le scénario

« Des satellites qui tombent du ciel, un réseau téléphonique inopérant et internet coupé dans de nombreux pays… Depuis 24 heures, un chaos technologique plonge les humains dans la détresse. Le point de départ de cette catastrophe est l’accident de voiture autonome de Sam Binge, un célèbre hacker de 18 ans, créateur de l’intelligence artificielle ALMA. Les experts sont formels. Libéré de son créateur, le système ALMA communique désormais de façon cryptée avec les machines et aura infecté l’intégralité des ordinateurs et smartphones de la planète d’ici 75 minutes. Electricité, eau, moyens de communication ne seront bientôt plus qu’un lointain souvenir. Pénétrez dans l’antre du hacker et neutralisez ALMA avant qu’elle ne contrôle le monde entier… »

Nous entrons dans l’atelier du jeune hacker. La pièce est assez grande pour accueillir dix personnes – en tout cas, à cinq, on avait largement de la place. L’immersion est atténuée par les éclats de voix de l’équipe voisine, malgré l’ambiance sonore de la pièce. Les lieux ne sont pas très dépaysants, des ornements geeks habillent les murs blancs mais la déco est globalement assez dépouillée. On est loin de « Mr Robot », plutôt dans le garage d’un jeune geek amateur de pixel art. La suite sera un peu plus crédible et plus conforme à l’idée que l’on a d’un hacker et d’une IA machiavélique.

Trois étapes pour sauver le monde

Comme votre game master vous le précisera avant la partie, vous devrez contrecarrer les plans d’ALMA, qui attaque l’humanité sur trois fronts. Ces trois étapes sont réalisables en parallèle, les joueurs pourront donc se répartir les tâches. Pour autant, on ne vous conseille pas de former la plus grande équipe possible. D’abord parce que communiquer efficacement à dix est hyper difficile, mais surtout parce que le nombre d’énigmes est loin d’être insurmontable : cinq joueurs avec un peu d’expérience pourront largement s’en sortir – d’autant que le jeu dure 75 minutes. Enfin, à certains moments, vous pourrez vous marcher un peu les uns sur les autres en voulant tous observer la même chose…

Le jeu est principalement articulé autour de fouille et d’observation, ainsi que d’étapes de réflexion. Les énigmes s’inspirent pour beaucoup de la culture geek. Si certaines d’entre elles sont intuitives, d’autres nous ont paru compliquées à saisir sans une aide extérieure. Celle-ci est fournie par Darwin, que notre game master décrit comme un « petit robot » présent dans la salle, et qui, il faut le reconnaître, n’a pas été tout à fait à la hauteur de notre imagination une fois les présentations faites.

Perdus entre hacking et retrogaming

Cette dernière remarque peut s’étendre à la salle en général. Le brief nous laisse rêver d’une room technologique, de machines intrigantes à hacker. En réalité, seule la fin du jeu est en accord avec le thème annoncé, et agrémenté d’ailleurs de manipulations sympa. Durant la majeure partie de ces 75 minutes, les créateurs nous emmènent sur le terrain des jeux vidéo vintage, plus léger, qui jure avec le thriller technologique dans lequel on est censé évoluer. Quitte à être loin du sujet initial, on aurait aimé que le concept soit poussé à fond et rencontrer des manipulations et mécanismes amusants, ce qui se prêterait bien à cet univers vidéoludique à l’ancienne. Ce n’est pas le cas, et en étant à la croisée de deux mondes – le film de hacker d’un côté, le retrogaming de l’autre –, on ne rentre vraiment dans aucun des deux.

Malgré tout, on a passé un bon moment dans cette room. Certains casse-têtes découlent d’idées originales, et mis à part un moment un peu frustrant, où comprendre ce qu’il fallait faire ne nous a pas empêché de passer près de vingt minutes sur une seule énigme, la salle était bien rythmée.

Réserver chez The Escape Lab'


Restez connecté :