Escape GameNiceRiddle RoomLe casse de Nice

Le casse de Nice

40% Fouille
20% Manipulation
40% Réflexion
  • Thème
    Cambriolage
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    Assez bien
  • Prix
    22 - 30€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 5 joueurs

Sur la Côte d’Azur, les intrigues historiques sont quasiment inexistantes. Pourtant cette région est riche d’un patrimoine historique et culturel fort qui peut servir de prétexte à la création d’énigmes très originales : le festival de Cannes, le Carnaval (Nice), la Fête des citrons (Menton), …
C’est donc avec beaucoup de curiosité que nous nous sommes rendus chez Riddle Room pour enquêter sur le fait divers qui a tenu en haleine la ville de Nice : l’affaire du braquage de la Société Générale aka Le casse du siècle.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette affaire remontons dans le temps. 18 juillet 1976, la police découvre qu’un gang a pénétré dans la salle des coffres de la Société Générale de Nice en passant par les égouts et un tunnel de 8 mètres de long, entièrement creusé à la main pendant près de 3 mois. Comme la banque n’était pas pourvue d’un système d’alarme, le gang a réussi à fracturer 371 coffres et s’est emparé d’un butin estimé à l’époque à 50 millions de francs. Avant de s’enfuir, les auteurs de ce cambriolage prirent le temps de taguer un message dans cette salle des coffres : « Sans armes, sans violence, sans haine ».

Un bond dans le passé, en 1976

Riddle Room vous propose de faire un bond dans le passé en juillet de l’année 1976. Entrez dans la boutique photo du chef présumé de la bande de braqueurs qui se sont attaqués au coffre-fort de cette banque du centre-ville de Nice. Vous incarnez une équipe d’enquêteurs chargée d’appréhender le cerveau présumé du gang des égoutiers : Albert Spaggiari. Mais rien ne se déroule comme prévu. Vous voilà coincé à l’intérieur de son repaire avec seulement 60 minutes pour trouver un moyen d’en sortir.

Plutôt qu’une boutique photo, c’est dans le repaire Spaggiari que vous allez évoluer durant votre partie. Riddle Room a conservé les codes de cette époque riche en couleurs. L’univers d’un orange (très) soutenu vous plonge directement dans l’ambiance des années 70. Les différents éléments que vous allez retrouver au fil du jeu sont cohérents par rapport à l’époque où se déroule je jeu. Attention, lors de votre enquête soyez attentifs, ici pas de décoration superflue. Tout vous sera utile.

La salle du Casse du Siècle est une pièce mécanique dans la droite lignée des jeux Le bureau de James Murdock et la Zen Room de Hinthunt. Le jeu est basé essentiellement sur la résolution de casse-tête qui vont permettre aux membres de l’équipe d’ouvrir des cadenas. Cette mécanique de jeu, qui a fait ses preuves, est très courante dans les escape game que nous avons trouvé un peu partout en France (les anciens comme les nouveaux).
Un effort a été réalisé par l’enseigne pour ne pas proposer d’énigmes trop gratuites. Que ce soit la fouille, les casse-tête, pas mal de choses tourneront autour de la thématique de la photographie (domaine d’activité de Spaggiari) ou du braquage en lui-même.

Une quête annexe

Toujours sur le plan des énigmes, une petite spécificité du sud-est de la France : les quêtes annexes. La plupart du temps, dans les escape games que nous avons testé à Paris ou dans le reste de la France, l’objectif est simple : sortir en moins de 60 minutes (escape game).
Dans d’autres cas, l’objectif est de réaliser une mission et l’accomplissement de cet objectif permet d’achever le jeu (puzzle game).
Ici nous sommes un peu dans un mix de ces deux types de jeux. L’objectif est de sortir le plus rapidement possible mais à cela s’ajoute une mission additionnelle qui, si elle n’est pas réalisée, ne pénalise pas l’équipe. En effet, la mission qui vous est confiée dans le cadre de cette quête annexe est déconnectée des énigmes et casse-tête qui jalonnent le jeu. Ici, votre objectif sera d’innocenter ou d’accabler Spaggiari. Pour cela vous devrez récolter, au fur et à mesure du jeu, plusieurs objets comme des billets de banque dérobés lors du casse, …

Le résultat est une aventure linéaire et cohérente. Attention à rester toujours attentifs pendant votre aventure. Vous pourriez facilement passer à côté de certains éléments au fil de votre progression.
Petit bonus : Spaggiari a parsemé son repaire d’objets festifs des années 70. Attention, si vous utilisez ces éléments de décor pour votre photo finale Escape Game Paris ne garantit pas que vous conserviez votre dignité sur le cliché !