Escape GameParisEscape Or NotGen Dynamic Project

Gen Dynamic Project

60% Fouille
20% Manipulation
20% Réflexion
  • Thème
    Enquête | Explorateur
  • Niveaux au choix
    Intermédiaire, Difficile ou Mode enfants
  • Immersion
    👍 Très bien
  • Prix
    25 - 35€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 5 joueurs

Escape Or Not a pris ses quartiers dans le 10e arrondissement de Paris, entre République et Strasbourg Saint-Denis, depuis septembre 2018. Cette enseigne d’escape game propose une seule salle, « Gen Dynamic Project », qui occupe toute la surface de son local.

En se baladant sur son site web, on découvre des images de laboratoires, de mystérieuses jungles luxuriantes, mais aussi et surtout… de dinosaures ! Pour imaginer sa room, le créateur d’Escape Or Not a en effet choisi de s’inspirer de la saga « Jurassic Park ». Nous sommes progressivement plongés dans cet univers grâce à une introduction très immersive et parfaitement pensée. Cerise sur le gâteau, on nous confie quelques gadgets qui pourront être utiles sur le terrain… L’aventure commence.

Le scénario

« Une multinationale, leader dans les recherches en génie génétique… Un laboratoire secret sur une île perdue… Un service de renseignements sur les dents… Une sombre affaire d’espionnage industrielle… Vous devrez effectuer une mission de reconnaissance pour découvrir ce qui se cache derrière cette histoire… Or Not ! »

Du sol au plafond, dépaysement garanti

Nous entrons dans l’espace de jeu et découvrons un décor qui en jette ! L’enseigne a réalisé un long et minutieux travail afin d’immerger les joueurs à 360°. Du sol au plafond, dépaysement garanti. La place de la République, pourtant à 500 mètres de là, vous paraîtra tout à coup très loin… Ce décor est d’autant plus réussi que ce genre de scène – on ne dira pas de quoi il s’agit pour ne pas gâcher votre surprise – n’est jamais évidente à représenter et peut rapidement paraître cheap. Une manipulation rendra l’environnement encore plus joli, vous prendrez à coup sûr quelques secondes pour l’admirer.

Les décors de « Gen Dynamic Project » sont moins tape-à-l’oeil par la suite mais tout à fait cohérents. La dernière partie, cependant, aurait mérité d’être davantage mise en valeur. Elle donne un peu l’impression que le créateur a jeté l’éponge après avoir tout misé sur le début du jeu.

L’immersion est renforcée par le système de game mastering, qui est parfaitement intégré au scénario et s’adapte aux équipes. Le maître du jeu vous réservera quelques surprises, et c’est aussi par son intermédiaire que vous vivrez des rebondissements. On sent encore une fois la volonté de plonger au maximum les joueurs au sein d’une aventure et d’une histoire.

Plusieurs niveaux de difficulté sont proposés :

  • Un niveau destiné aux jeunes ados âgés de 11 à 15 ans. Ces derniers seront alors accompagnés par un animateur/acteur durant leur mission.
  • Un niveau intermédiaire, que l’enseigne appelle « novice » : « Pour les grands enfants, les débutants et ceux qui veulent se faire plaisir tout en vivant une expérience intense. »
  • Un niveau difficile, que l’enseigne appelle « amateur » : « Pour les amateurs de sensations fortes, qui aiment les défis, les rebondissements et se prendre la tête. »

Peu importe la complexité que vous choisirez, le jeu compte énormément de fouille. Le niveau difficile compte évidemment plus de réflexion que le niveau intermédiaire. Quant à la proportion de manipulations, elle restera constante peu importe la difficulté.

Nous préférons toujours tester le niveau de difficulté le plus couramment choisi par les équipes. Nous avons donc opté pour la complexité intermédiaire.

Difficile de faire le tri

Le jeu de « Gen Dynamic Project » est selon nous un peu moins réussi que ses décors et son immersion car il n’est pas exempt de défauts :

  • Le nombre de détails assimilables à des énigmes mais dont vous ne pourrez pourtant pas vous servir est déroutant, il pourra être très difficile de faire le tri et ce pour deux raisons. 1) Si vous jouez en mode intermédiaire, beaucoup d’éléments qui n’intègrent le jeu que quand il est proposé en niveau difficile entreront en collision avec votre partie. Vous chercherez absolument à les relier logiquement, ce qui sera impossible. La room gagnerait à ne conserver que les éléments utiles au niveau de difficulté choisi. 2) Quelques vestiges d’anciens casse-têtes sont également autant de fausses pistes qui pourront nuire à la fluidité du jeu.
  • Un petit bémol concerne une mécanique dont nous ne sommes pas fans : à quelques reprises, vous trouverez une clé et aurez une bonne poignée de serrures à tester, que vous essaierez donc l’une après l’autre, au petit bonheur la chance. Alors quand, en plus, le contenant que vous avez ouvert grâce à la clé fournit une autre clé…
  • Le début du jeu est très immersif et abordé sous l’angle du roleplay, il vous plongera avec conviction dans la peau d’enquêteurs en mission infiltration. Mais le jeu, lui, prend une autre direction, et le décalage en est déconcertant : les énigmes sont rarement intégrées au scénario et il faudra vous détacher de vos personnages pour les résoudre. Il n’y a la plupart du temps pas de cohérence entre les éléments que vous récupérez et ce qu’ils permettent de débloquer, ce qui est dommage.

Une excellente base

Cette liste de points négatifs est certes assez longue, mais il serait tout à fait possible de modifier le jeu pour le fluidifier et l’améliorer. Car, finalement, Escape Or Not a construit une excellente base : une intrigue à rebondissements, une introduction très immersive, des décors originaux et réussis, un game mastering bien calibré et même des locaux à la particularité très intéressante et parfaitement exploitée par l’enseigne. Le créateur a aussi mis en place une quête annexe qui fonctionne bien, a fortiori pour équipes les plus nombreuses. Quelques manipulations sont très sympas et amusantes, et la majorité des énigmes seraient agréables si elles n’étaient pas polluées par une masse d’informations superflues qui peuvent rapidement gâcher l’expérience.

Lorsque nous avons testé « Gen Dynamic Project », en janvier 2019, son créateur semblait très à l’écoute, impliqué, passionné et en recherche constante d’améliorations. Nous espérons qu’il fera tout son possible pour donner à son jeu une nouvelle dimension.