Escape GameGièresPrizonersKarma Project

Karma Project

35% Fouille
30% Manipulation
35% Réflexion
  • Thème
    Enquête | Explorateur
  • Niveau
    Intermédiaire
  • Immersion
    Bien
  • Prix
    16,50 - 36€/joueur
  • Nombre de joueurs
    3 à 6 joueurs

Prizoners est une franchise d’escape game originaire de Paris, dont l’antenne iséroise, Prizoners Grenoble, se situe à Gières, à quelques pas du campus universitaire. En plus de quatre scénarios d’escape games, on y trouve un bar, des jeux de société en libre service, et, si vous avez de la chance, un joli toutou noir du nom de Dex, qui adore être cajolé.

J’ai parlé d’escape games ? En réalité, ce n’est qu’une façade… Prizoners est une agence de voyage temporel ! Chacune des quatre missions de l’enseigne vous emmènera à une époque différente. « Karma Project » se déroule au début des années 1970 à la Meije, une montagne située à quelques dizaines de kilomètres de Grenoble.

Le scénario

« Alice, votre hôtesse de voyage temporel, a repéré ce qui semble être une base de recherche enfouie en plein cœur de la Meije. Cette station souterraine, nom de code ‘‘Karma Project’’, a été complètement détruite le 16 juillet 1974 par un puissant séisme qui frappa tout le massif des Écrins. Par chance, les lieux ont été désertés quelques heures avant l’événement. Nous allons profiter de cette déroute pour vous renvoyer dans la station une heure avant le séisme, afin d’investir les lieux et de trouver un « brouilleur temporel » qui permettrait à l’agence de voyager incognito à travers le temps. La station est enfouie si profondément sous la roche que nous serons incapables de vous extraire du voyage. Saurez-vous trouver le moyen de remonter à la surface pour que nous puissions amorcer l’extraction ? »

Plongée dans les années 1970

La base scientifique dans laquelle nous faisons notre entrée est plutôt réussie. La pièce est assez grande et peut contenir sans problème six personnes, le nombre de joueurs maximum autorisé dans cette escape room. La déco et les détails sont crédibles pour l’époque annoncée, à savoir les années 1970 : le mobilier a un petit côté rétro, et le matériel également. L’immersion est bonne, même si on se rend compte au fil du jeu que les parties à manipuler paraissent plus fragiles que ce qui constitue le décor, et qu’elles manquent donc un peu de cachet en comparaison.

Une mission claire

Le jeu est bien construit et crédible pour la majeure partie : les actions que nous sommes censés réaliser ont du sens dans l’histoire. Fouille, réflexion et mécanismes sont présents et répartis de manière équilibrée, sans que l’un prenne davantage le pas sur les autres – même si certains éléments vous demanderont d’être très minutieux dans vos recherches. Il faudra aussi savoir être débrouillards à quelques reprises. Enfin, ce jeu comprend beaucoup d’étapes : aucune n’est insurmontable, mais il ne faudra pas traîner pour venir à bout de votre mission.

Votre game master ? Une hôtesse de voyage temporel

La présence d’un écran aurait dénaturé la belle immersion de cette room : en cas de besoin, c’est donc une voix qui vous aidera, en l’occurrence celle d’Alice, votre hôtesse de voyage temporel. L’inconvénient de ce système de messages pré-enregistrés est que si les indices prévus ne suffisent pas à vous débloquer, votre seule option sera de poser des questions fermées, auxquelles Alice répondra par oui ou par non. Pour être efficace, il faudra donc bien comprendre ce qui vous empêche de progresser, ce qui n’est pas toujours évident.

« Karma Project » est un jeu accessible à tous, mais que l’on recommande plutôt aux joueurs ayant déjà une première expérience d’escape game. Nous avons particulièrement apprécié sa construction scénaristique, et le fait de retrouver les objectifs du scénario dans la salle.